28/11/2016

Connexion utilisateur

Aujourd'hui un de mes collègues, qui vient d'avoir un bébé, est revenu au travail.

Son fils a une semaine.

Sa femme a donc accouché il y a une semaine.

Lorsque je lui ai demandé si ça allait, si elle avait quelqu'un pour l'aider, il m'a répondu "Elle a ses deux mains, ça devrait suffire."

Cette femme a 36 ans, elle a déjà une fille de 4 ans, il y a une semaine, après 9 mois de grossesse, soit le plus gros chamboulement hormonal et psychologique qui soit, elle a donné naissance par voie basse à son deuxième enfant. Un bébé de 3kg300 est sorti de son vagin après une lente progression de plusieurs heures rythmées par des contractions douloureuses. Elle a peut-être subi une déchirure ou une épisiotomie. Lorsqu'elle marche, elle ressent la cicatrice, son corps lui semble lourd et vide à la fois. Elle tâte souvent son ventre devenu flasque. Son taux d'hormones a brutalement chuté ce qui a sans doute donné lieu à une grande fatigue. Elle est passé subitement du statut de femme enceinte au statut de mère. Elle était mère d'une fille, elle devient mère d'un garçon. Elle était mère d'un enfant unique, elle doit maintenant gérer une fratrie.

Cette jeune femme, jeune mère, se sent peut-être très isolée. Ce matin, elle pleure peut-être toutes les larmes de son corps face à ce petit être si dépendant, si dévorant. Ce matin elle est seule, son mari est retourné au travail. Il n'a pas jugé utile de prendre son congé de paternité. Il le prendre à Noël, ça lui évitera de poser des congés payés. Que vit elle ? Qui peut se douter des immenses peurs, joies, angoisses, questionnements qui la traversent ? Qui peut imaginer les tensions, tiraillements, douleurs dans ce corps redevenu vierge ?

Cette jeune femme a un mari, deux enfants, et seulement ses deux mains pour porter tout ce poids.

Elle n'appellera personne au secours parce que c'est bon, elle gère, elle a déjà eu un enfant, elle sait faire maintenant.

Elle n'appellera personne parce que cet enfant, elle l'a voulu.

Elle n'appellera personne parce que l'accouchement s'est bien passé et que le bébé va bien. Qu'ils ont de la chance, il dort déjà 5 heures d'affilée la nuit.

Elle n'appellera personne parce qu'elle est forte, parce qu'elle capable, qu'elle peut gérer, qu'elle ne veut pas déranger, qu'elle ne veut pas qu'on la croit faible.  

Elle n'appellera personne et ça ira peut-être très bien. Elle sera peut-être capable de tout gérer de ces deux mains de maître qui doivent lui permettre de résister à tout. Elle aura peut-être en elle les ressources, la force, le courage, la détermination. Elle trouvera peut-être l'équilibre sans trop de peine. Elle ne plongera peut-être pas dans le vide.

Peut-être qu'elle saura tout de suite comment communiquer avec ce bébé et qu'un lien se sera noué entre eux très rapidement.

Alors leur vie à 4 s'organisera, elle s'occupera de son nouveau-né et de son aînée, papa rentrera du travail chaque soir et ça ira. Tout ira pour le mieux.

Je leur souhaite de tout cœur.

Car parfois ça ne se passe pas comme ça et deux mains ne suffisent vraiment, vraiment pas.